Par tête et par cœur : comment Abby Wambach a sauvé équipe nationale féminine américaine (02/13/20)

By | April 27, 2020

Image result for abby wambach header 2011

La domination internationale de l’équipe nationale féminine américaine est tellement complète qu’il semble qu’elle a toujours été : quatre titres de Coupe du monde, quatre médailles d’or olympiques, et huit titres de CONCACAF ou Gold Cup féminine. Cependant, il n’y avait pas longtemps que la puissance de l’équipe que nous tous connaissons et admirons aujourd’hui avait décru. En 2011, les Américains avaient mal au quart de final de la Coupe du monde féminine contre les brésiliennes. Quatre ans plus tôt, l’équipe avait perdu face aux mêmes adversaires en quart de finale et jusqu’à la 122e minute du match en 2011, l’histoire semblait prête à se répéter.

Le match avait déjà été rempli de hauts et de bas. Les Américains ont marqué un but à la deuxième minute, mais à la 65e minute, un défenseur américain a été expulsé avec un carton rouge et un penalty a été accordé aux Brésiliennes. La gardienne Hope Solo a sauvé le coup de pied, mais l’arbitre a ordonné à la Brésilienne de frapper encore, et elle n’a pas raté une deuxième fois. Le score était à égalité à l’issue du temps réglementaire, alors l’équipe américaine se lançait les prolongations avec seulement dix joueurs. Les Brésiliennes ont marqué à la 92e minute et il semblait que le match était terminé, le même résultat que la Coupe du monde 2007. Mais après deux périodes de prolongation de quinze minutes, personne n’aurait pu prédire ce que l’attaquante américaine Abby Wambach ferait en temps d’arrêt, non seulement en changeant le match, mais aussi l’avenir du football féminin.

Il convient de noter que les difficultés de l’équipe nationale féminine des États-Unis ne se sont pas limitées à la scène internationale lors de la Coupe du monde. À l’époque en 2011, la ligue professionnelle féminine des États-Unis était sur le point de se tasser en raison d’une baisse de la fréquentation des fans et de la couverture médiatique. Et quand l’attention du public disparaît, l’argent ou le financement disparaît aussi. Les jours de Mia Hamm et de la frénésie des « 99ers » étaient terminés et il semblait que le programme américain – et par conséquent, le football féminin en général – était à un instant critique. Est-ce que le jeu des femmes continuerait ? Ou est-ce que cela diminuerait et mourrait sans le soutien ou l’excitation des fans ? Est-ce que l’élan que nous avions vu dans le montant du 21e siècle s’élèverait à rien ?

Retournons à la 122e minute du quart de finale en 2011 : les arrêts de jeu. N’ayant presque plus de temps, le défenseur Carli Lloyd a envoyé une passe sur le côté gauche à la joueuse droitière Megan Rapinoe – mais le côté n’avait pas d’importance. Avec une frappe colossale et contrôlée de son pied non-dominant, Rapinoe a envoyé un centre parfait de 50 mètres dans la boîte. Le football a volé au-dessus du défenseur, au-dessus des mains du gardien de but, et Abby Wambach était là, semblant se volant, pour faire le tête puissant et décisif pour égaliser le match.

Les Américains gagneraient le match aux pénaltys. Et pas seulement le match mais toute la Coupe du monde – et la Coupe du monde après cela et la Coupe du monde après cela. L’incroyable tête de Wambach a propulsé les Américains à la domination internationale une fois de plus, tout en faisant progresser le jeu féminin à pas de géant. Ayant 182 buts internationaux, Abby Wambach reste la joueuse la plus performante de tous les temps – homme ou femme – et la compétition n’est même pas à côté. Mais l’un de ces buts se démarque des autres, un but qui a cimenté la place non seulement de l’équipe nationale féminine américaine, mais du football féminin en général dans le cœur du monde.

Je me souviens avoir regardé ce but à la télévision avec ma sœur et mon père, nous criant d’admiration et d’émerveillement dans les dernières minutes du quart de finale contre le Brésil. Depuis, j’ai suivi tout ce que l’équipe nationale féminine des États-Unis a fait. J’ai essayé de les émuler sur le terrain de football et aussi dans ma vie. Et je n’étais pas la seule. Une génération de jeunes filles a été inspirée à viser plus haut au cours de cette 122e minute. Nous avons appris à essayer et à réessayez, car parfois vous accomplirez un miracle en temps d’arrêt. Avec son tête décisif, Abby Wambach est devenue un héros pour le football, les femmes et le monde.

Leave a Reply

Your email address will not be published.