Les Maisons de la côte Sainte-Marie

J’ai photographié les dernières maisons historiques de la côte Ste-Marie en avril 2018. La numérotation suit le terrier original des seigneurs de St-Sulpice, en partant de l’extrémité nord du rang. La photo de l’ancienne petite école est apparue plus tôt.

Mise à jour du 20 mai 2019: Ajout de photos historiques du lot 906, fournie par un collaborateur.

Mise à jour du 14 janvier 2020: Ajout de photos historiques du lot 908, fournie par des collaborateurs.

16 031, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 876 au terrier des Sulpiciens).
15 546, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 909 au terrier des Sulpiciens).
15 434, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 908 au terrier des Sulpiciens). Maison Odile Charbonneau.
Lot 908, années 1940-1950, d’après la maturité de l’arbre, le modèle de voiture et l’électrification. Collection André Charbonneau.
No 908, datée de mars 1927. Notez le balcon (et ses aspects décoratifs), ainsi que l’absence d’électrification. L’homme appuyé sur sa pelle est Alexandre Charbonneau. Les autres sont inconnus. Collection Michel Charbonneau.
Lot 908, vers 1910- 1920 .  Photo imprimée comme carte postale d’une série qui contient des photos couvrant de 1915 à 1924. Collection André Charbonneau.
15 425, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 871 au terrier des Sulpiciens). Maison Guay.
15 322, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 907 au terrier des Sulpiciens).
15 166, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 906 au terrier des Sulpiciens).
No 906, avant 1960, mais après l’électrification. Collection Simone Guay.
No 906, fin des années 1960. Collection Simone Guay.
No 906, vers 1990. Collection Simone Guay.
15 191, rang Sainte-Marie, Mirabel (No 869 au terrier des Sulpiciens). Maison d’Aimé Charbonneau (construite dans les années ’60).
No 904
No 867
No 866
No 903
No 864
No 878: près de Ste-Monique, à l’autre extrémité du rang, aujourd’hui dit Lecompte

Perspective historique sur Belle-Rivière

L’article de Germain Lalande (ici, en famille) intitulé Belle-Rivière et ses moulins (Cahiers d’histoire de Deux-Montagnes 3 (4), 60-74 (1980)), sur lequel j’ai récemment mis la main, s’avère être utile pour comprendre l’origine et l’évolution des divers moulins dans cette partie de la seigneurie et pour reconstruire le terrier de la première concession de Belle-Rivière. Il fournit, par ailleurs, une explication de l’évolution de la toponymie de la côte St-Joachim:

Belle-Rivière s’appelait, à l’origine, “Côte Saint-Joachim”. Cette côte comprenait alors non seulement les terres de l’actuelle côte Saint-Joachim, mais encore tout le territoire adjacent sur les deux rives de la rivière de ce nom, jusqu’à la limite sud du village de Sainte-Scholastique. Ce n’est que plus tard que cette dernière partie s’appellera Belle-Rivière. Cette appellation sera également donnée a la partie située au nord du village et dont les terres sont également basées sur la rivière en question […].

À la recherche des archives de la commission scolaire de St-Jérôme

L’ancêtre de la Société d’histoire de Rivière-du-Nord a aidé à l’archivage des documents de la commission scolaire de St-Jérôme au début des années 80.  La Société a conservé l’index des boîtes, mais les documents ne s’y trouvent plus et l’appareillage nécessaire pour lire les microfiches qui en restent  n’y est pas disponible.

La BANQ possède apparemment une partie des archives. Si on se fie à la description du fond, on y trouverait les documents d’avant 1900 et le reste serait toujours à la commission scolaire, mais les détails manquent. C’est à suivre…

Mise à jour du 17 mai 2018: La BANQ a n’en sa possession que trois registres contenant des procès-verbaux des délibérations des commissaires et des livres de comptabilité de la deuxième moitié du 19e siècle. Rien de bien excitant. Il faudra continuer à fouiller.