Hooliganisme en Russie

Caricature des Hooligans russes et anglais

Les hooligans sont des groupes de supporters qui se comportent de façon violente et perturbatrice lors des matchs de leur équipe. Le hooliganisme débute en Angleterre dans les années 1890, mais c’est seulement à partir de 1960 que ce type de comportement se généralise. De nombreux incidents se multiplient et la plupart des clubs anglais se voit dotée de ce type de fans. Malgré cette éruption de violence gratuite, il faut attendre la fin des années 1980 pour que les organisations dirigeantes du football tentent enfin d’y mettre un terme. Cependant le hooliganisme reste présent dans pratiquement tous les pays d’Europe.

Pendant la Coupe d’Europe 2016, les hooligans russes ont été impliqués à de nombreuses reprises dans des combats contre d’autres supporters, notamment contre des supporters anglais lors du match Russie-Angleterre à Marseille (voir video). Les aspects les plus surprenants de ces attaques sont l’excellente organisation et la volonté de violence extrême montrées par les hooligans russes, laissant plusieurs fans anglais gravement blessés, voire même dans le coma. La différence entre le hooliganisme russe de ces dernières années et tout autre type de hooliganisme est le sérieux avec lequel ces groupes se préparent à la violence.[1] Dans le passé, les groupes anglais se contentaient de se battre entre eux alors qu’ils étaient sous l’emprise de l’alcool. La plupart de ces hooligans était en mauvaise condition physique et ne s’entraînaient jamais à se battre. A l’inverse, les groupes russes qui pratiquent le hooliganisme en ce moment, sélectionnent leurs membres pour qu’ils soient d’excellents combattants, exigeant une excellente condition physique et un entraînement aux arts martiaux régulier. [2] Toute substance perturbante telle que l’alcool, est formellement interdite. Le plus effrayant est que certains groupes de hooligans ont commencé à utiliser des armes, telles que des barres de fer, pendant leurs combats.

Le JT de 20 Heure lors des affrontements de 2016.

Il est aussi intéressant de noter l’aspect politisé de ces groupes qui partagent souvent des opinions d’extrême droite, voire néo-nazie. Les groupes de supporters arborent des symboles tels que la croix celte ou les emblèmes de certaines divisions SS. Liés par ces opinions politiques, les hooligans expriment leur racisme, leur xénophobie et leur haine des immigrants. Selon certaines personnes interviewées, un de leurs passe-temps est d’attaquer des immigrants en Russie. De même, les chants racistes sont très fréquents dans les gradins des matchs de football en Russie (cf page sur le racisme). De plus, ces groupes reçoivent le support des partis politiques locaux qui les utilisent comme gardes du corps en échange du transport pour les matchs qui se jouent à l’extérieur. Ce support politique tacite a seulement été suspendu très récemment avec les événements de la coupe d’Europe 2016, le gouvernement s’étant rendu compte du problème d’image posé! Mais alors que doit-on penser des risques encourus quand on est supporter et que l’on compte se rendre en Russie pour la Coupe du monde?[1]

 

Groupe de hooligans Russe

 

Depuis les événements de 2016, le gouvernement russe est conscient de la mauvaise image attachée à son pays à cause des violences que ses citoyens ont commis. Aussi, bien qu’il y ait des raisons de se faire du souci, le gouvernement russe a déjà fait des efforts pour éviter toute violence pendant la compétition. Ainsi, les forces de l’ordre sont entrées en contact avec certains groupes violents pour leur expliquer la gravité de leurs actions et les conséquences qui pourraient s’en suivre. Chaque groupe de supporters qui pourrait poser problème s’est vu assigner un membre de l’administration comme liaison.[4] De cette manière, le Kremlin pense qu’il peut contrôler les hooligans. De plus, dans ce pays, les services de l’ordre sont connus pour avoir la main lourde et le système judiciaire ne semble pas être un modèle de justice équitable. Pour ces raisons, certains supporters russes violents vont préférer rester à l’écart des matchs cet été. En plus de cela, près de quatre cents supporters violents se sont récemment vus interdire de stades. Ces interdictions n’empêchent pas forcément les violences en dehors des stades puisque de nombreux hooligans ne mettent pas les pieds dans les stades, préférant agir dans ses alentours. Si le gouvernement russe semble ainsi avoir pris des mesures préventives, celles-ci risquent  de ne pas être efficaces dans le long terme car elles ne vont pas changer les mentalités durablement. Il semblerait que le gouvernement russe aurait demander à des agences de communication qui de faire venir de faux « gentils » supporters destinés à distribuer bonbons et couvertures pendant les matchs. L’objectif du gouvernement est clairement d’éviter les violences pendant la compétition afin de donner une image positive du pays. [3]

 

Au final, il est clair que la Russie fait face à un grave problème de hooliganisme qui mêle violence, racisme et xénophobie. Ces problèmes ancrés dans la culture footballistique russe sont aussi fréquents dans la société russe en général et ne vont pas disparaître en quelque mois avant la coupe du monde. Au mieux, le Kremlin et les forces de l’ordre vont réussir à contenir la violence au minimum pendant un mois. Cependant, il est tout de même recommandé aux fans étrangers d’éviter toute forme de provocation.[2][5]

 

Page principale

Sources:

[1]Parkin, Simon. “The Rise of Russia’s Neo-Nazi Football Hooligans.” The Guardian, Guardian News and Media, 24 Apr. 2018, www.theguardian.com/news/2018/apr/24/russia-neo-nazi-football-hooligans-world-cup.

[2]McGrath, Ciaran. “World Cup 2018 WARNING: England Fans Told Not to FLY FLAGS as Russian Hooligan Fears Grow.” Express.co.uk, Express.co.uk, 22 Apr. 2018, www.express.co.uk/news/world/949572/world-cup-2018-warning-russia-ultras-england-fans-flag-st-george.

[3]“Coupe Du Monde 2018 : Près De 400 Hooligans Russes Déjà Interdits De Stade.” Franceinfo, Franceinfo, 2 Dec. 2017, www.francetvinfo.fr/sports/foot/euro/mondial-2018-400-hooligans-russes-interdits-de-stade_2494391.html.

[4]Kssis-Martov, Nicolas. “Le Spectre Du Hooliganisme Hante-t-Il Ce Mondial Russe ?” SOFOOT.com, www.sofoot.com/le-spectre-du-hooliganisme-hante-t-il-vraiment-ce-mondial-russe-452958.html.

[5]Mishchenko, Marina, and Yves Leroy. “Mondial 2018 : Les Étonnantes Confessions Du Chef Des Supporters Russes.” Leparisien.fr, Groupe Le Parisien, 25 Jan. 2018, www.leparisien.fr/sports/football/coupe-du-monde/mondial-2018-les-etonnantes-confessions-du-chef-des-supporters-russes-25-01-2018-7522776.php.