Le Dix-neuvième Siècle

Constitutions d’Haïti à 1849 (via “The Rise of Modern Constitutionalism”) (Vignettes / non téléchargement des pdf)

1805

1816

1843

1846

 

Hérard Dumesle, Voyage dans le nord d’Hayti, ou, Révélations des lieux et des monuments historiques, 1824

 

Anténor Firmin

Anténor Firmin est né au Cap-Haïtien le 18 Octobre 1850. Un anthropologue de renom, homme politique, diplomate et écrivain, Firmin reste l’un des personnages les plus influents de l’histoire haïtienne. Firmin était une voix de premier plan dans le Parti Libéral de la fin du XIXe siècle. En 1883, Firmin a déménagé à Paris, où, avec l’aide de son compatriote intellectuelle haïtien Louis-Joseph Janvier, il a été accepté comme un membre de la Société d’Anthropologie de Paris exclusive. C’est à Paris que Firmin lire l’Essai sur l’inégalité des races humaines d’Arthur de Gobineau, qui lui à inspirer de publier une réponse tranchante, de l’Egalité des Races Humaines, en 1885. Bien que l’essai de Firmin, fondée sur l’anthropologie positiviste flechié par un perspective historique, a été ignoré par ses pairs anthropologiques européens au moment de la publication, il se distingue aujourd’hui comme un travail remarquable de la pensée anti-raciste. La vie et l’œuvre de Firmin a inspiré une jeune génération d’écrivains et de penseurs haïtiens tels que Jean Price-Mars, à jeter les bases de la pensée panafricaine moderne. En 1902, après une tentative ratée à la présidence d’Haïti, Firmin est parti en exil à Saint-Thomas, où il est mort en 1911.

Anténor Firmin, De l’égalité des races humaines (1885) (dans l’original français via Gallica)

L’auteur s’attaque à la pensée raciste d’anthropologues et de philosophes européens, notamment en s’appuyant sur l’histoire d’Haïti et de la littérature haïtienne.

Anténor Firmin, M. Roosevelt, président des États-Unis et la République d’Haïti (1905) (via Internet Archive)

Cette étude est à la fois une histoire comparée des États-Unis et d’Haïti et une méditation sur la façon dont Haïti et les Haïtiens devraient voir leur voisin du Nord. L’une des contributions les plus remarquables de l’un des penseurs les plus importants d’Haïti.

 

Beaubrun Ardouin

Le travail de Ardouin construit sur et a répondu à l’Histoire d’Haiti par Thomas Madiou. En plus de nombreux détails sur la Révolution et les premières décennies de l’indépendance, il réimprime de longs passages de documents contemporains.

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 1

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 2

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 3

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 4

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 5

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 6

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 7

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 8

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 9

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 10

Etudes sur l’histoire d’Haïti, Vol. 11

Bénito Sylvain

Bénito Sylvain est né à Port-de-Paix en 1868. Après avoir terminer ses études primaires en Haïti, Sylvain s’est installé à Paris en 1887 pour terminer ses études. Il a servi comme secrétaire de la légation à Londres à partir de 1889-1890, après quoi il est retourné à Paris. En 1890, Sylvain a créé le journal La Fraternité, qui mettrait l’accent sur «les intérêts d’Haïti et de la race noire.”  Un combattant infatigable du racisme et du colonialisme, Sylvain est considéré comme l’un des architectes du mouvement pan-africaine en plein essor de la fin du XIXe siècle.

 

La Fraternité: Organe des Intérets d’Haiti et de la Race Noire (178 Périodiques, 1890-1896)

Démesvar Delorme

La misère au sein des richesses: réflexions diverses sur Haïti (1873)

F.É. Dubois

République haïtienne. Deux ans et demi de ministerre (1867)

Frederic Marcelin

Né en Janvier 1848, Frédéric Marcellin est entré dans la vie politique haïtienne à l’âge de 19 ans quand il a assumé le poste de secrétaire de la légation à Washington DC.  À la fin du XIXe siècle, Marcellin était un membre du Parti National. Marcellin a publié trois ouvrages contemporains célèbres 1900-1903, dont le dernier était Marilisse. Marcelin est mort à Paris en 1917.

La Banque Nationale D’Haïti : Une Page d’Histoire (1890)

Choses Haïtiennes: Politique et Littérature (1896)

Hannibal Price, The Haytian Question (1893)

Ministre d’Haïti à Washington, Prix discute de la tentative récente des États-Unis pour acquérir une station marine au Môle Saint-Nicolas en Haïti et reflète plus largement sur ​​les relations américano-haïtienne.

Louis-Joseph Janvier

Louis-Joseph Janvier est né dans une famille aisée de Port-au-Prince, le 7 mai 1855. Après avoir poursuivi sa formation médicale en Haïti, Janvier a quitté pour la France en 1877 pour compléter ses études. En 1882, Janvier est devenu membre de la Société d’anthropologie de premier plan de Paris, une organisation à laquelle il serait plus tard introduire l’anthropologue haïtienne et diplomate Anténor Firmin. Cette même année, Janvier a publié “Le détracteurs de la race noire et la République d’Haïti», qui a contesté les comptes européens racistes d’Haïti et de ses citoyens. Janvier s’est établi comme un essayiste respecté à Paris, exerçant une influence considérable sur la jeune génération d’écrivains haïtiens tels que Anténor Firmin et Jean Price-Mars. Janvier est mort à Paris le 24 Mars 1911.

Phtisie Pulmonaire (1881)

Les Détracteurs de la race noire et de la république d’Haïti (1882)

Louis-Joseph Janvier, La République d’Haïti et ses visiteurs (1883)

Haïti aux Haïtiens (1884)

Une réponse à M. Cochinat et quelques autres auteurs qui avaient écrit des portraits critiques d’Haïti. Janvier attaque comptes stéréotypées de son pays rédigés par les visiteurs étrangers et examine la politique et la société d’Haïti.

Les affaires d’Haiti (1885)

Louis-Joseph Janvier, Les Constitutions d’Haïti (1886) (via Gallica)

Une histoire constitutionnelle et politique détaillée d’Haïti.

Du Gouvernement civil en Haïti (1905)

Pauléus Sannon

Pauleus Sannon est né aux Cayes le 7 Avril 1870. Sannon était un historien haïtien de premier plan. Après l’assassinat du chef de caco Charlemagne Péralte en 1919, Sannon, avec Jean Price-Mars, Sténio Vincent, et Georges Sylvain, a établi L’Union patriotique, une organisation qui a demandé la fin de l’occupation militaire américaine de Haïti.

Pauléus Sannon, Essai historique sur la Révolution de 1843 (1905)

Sténio Vincent

Avant d’être élu président d’Haïti le 18 Novembre 1930, Sténio Vincent était une force majeure dans la résistance nationaliste contre l’occupation américaine. Élu Président basé en grande partie sur ses lettres de créance nationaliste et ses promesses de changement politique, Vincent a retourné néanmoins à la politique autoritaires peu de temps après les marins sont partis en 1934.

Petites histoires d’Haïti (1895)

Choses et Autres (1895)

Stenio Vincent et L.C. Lhérisson

La Législation de Instruction Publique  (1804-1895)

Thomas Madiou, Histoire d’Haïti

L’Histoire d’Haïti par Thomas Madiou publié à partir de 1847, représente le fondement de l’historiographie haïtienne. Il fournit de nombreux détails sur la Révolution ainsi que les premières décennies de l’indépendance haïtienne.

Vol. 1 (1847 Publication) (covers 1492-1799) (Via Hathi Trust)

Vol. 2 (1847 Publication) (covers 1799-1803) (Via Hathi Trust)

Vol. 3 (1848 Publication) (covers 1803-1807) (Via Hathi Trust)

Vol 6 of 1988 re-edition (covers 1819-1826) (Via Hathi Trust)

Vol. 7 of 1988 re-edition (covers 1827-1843) (Via Hathi Trust)

Vol. 8 of 1988 re-edition (covers 1843-1846) (Via Hathi Trust)

Etats-Unis et la reconnaissance de la souveraineté haïtienne

Comme secrétaire d’Etat, John Quincy Adams rappelle la réticence de cabinet du Président Monroe pour la reconnaissance d’Haïti. Pages 232-233.

Memoirs of John Quincy Adams, Vol. 6, via Internet Archive

En tant que membre du Congrès en 1843, John Quincy Adams tente à nouveau de pousser pour la reconnaissance d’Haïti.

Memoirs of John Quincy Adams, Vol. 11, via Internet Archive

Président Abraham Lincoln, dans son état ​​de l’Union en 1861, demande au Congrès de reconnaître Haïti.

State of the Union Speech, December, 3, 1861, via Internet Archive.

Le sénateur du Massachusetts Charles Sumner plaide pour la reconnaissance d’Haïti en débat au Sénat.

United States Senate, April 23 and 24, 1862, via Internet Archive

Premier traité officiel entre Haïti et les États-Unis. Pages 614-626.

Signed in Port Au Prince November 3, 1864, by B.F. Whidden (U.S. Rep) and Boyer Bazelais, via Google Books

Discours prononcé par Frederick Douglass à l’Exposition Universelle de Chicago, le 2 Janvier 1893. Pages 132-138.

Douglass traite de l’histoire d’Haïti, et ses liens avec les Afro-Américains, et plaide pour des relations plus fortes entre les deux pays. via Internet Archives.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Go to Top