Créolité

La créolité est un mouvement littéraire qui propose de raviver le génie créatif des peuples créoles. Conçu dans les années 1980s, la créolité se situe dans la suite logique de la Négritude et de l’Antillanité. Tout en se réclamant héritiers d’Aimé Césaire, Édouard Glissant, et Frankétyèn, les chantres de la créolité proposent une approche centrée autour de l’expérience collective et diverse des peuples antillais. La créolité se positionne ainsi comme un espace créatif immédiatement accessible par les populations créoles et qui se justifie avant tout par sa capacité à accommoder tous les aspects de la vie quotidienne. Par conséquent, la créolité se réserve le droit de négliger les revendications universalistes de la francisation afin de permettre l’émergence d’une identité qui ne craint guère l’opacité et l’incertitude liées à la cohabitation du complexe et du vrai, une identité qui met la « diversalité » avant les jugements de valeurs. C’est pourquoi, tout simplement:

« La Créolité est l’agrégat interactionnel ou transactionel, des éléments culturels caraïbes, européens, africains, asiatiques, et levantins, que le joug de l’Histoire a réunis sur le même sol. »

La créolité s’articule autour des cinq points suivants:
• L’enracinement dans l’oral
• La mise à jour de la mémoire vraie
• La thématique de l’existence
• L’irruption dans la modernité
• Le choix de sa parole

Dans cette brève vidéo produite en 1992, Chamoiseau parle de la créolité.

Ci-dessous vous trouverez des extraits de Éloge à la créolité, le manifeste publié en 1989 par Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau, et Raphaël Confiant. D’une part, ces morceaux choisis traitent des relations entre la créolité et  divers courants identitaires (la négritude, l’antillanité, l’américanité). D’autre part, ils font allusion aux rapports entre la créolité et quelques processus sociaux contemporains (la globalisation, la communicabilité, et la politique).

Raison d’être de la créolité

« Ces paroles ne relèvent pas de la théorie, ni des principes savants. Elles branchent au témoignage.(…) Elles ne s’adressent pas aux seuls écrivains, mais à tout concepteur de notre espace, dans quelque discipline que ce soit, en quête douloureuse d’une pensée plus fertile, d’une expression plus juste, d’une esthétique plus vraie. » (Prologue)

Créolité et Négritude

« La Négritude césairienne est un baptême, l’acte primal de notre dignité restituée. Nous sommes à jamais fils d’Aimé Césaire. » (page 18)
« Avec Césaire et la Négritude, nous prîmes pied dans le surréalisme. » (page 19)
« Thérapeutique violente et paradoxale, la Négritude fit, à celle d’Europe, succéder l’illusion africaine. Originellement saisie du vœu de nous domicilier dans l’ici de notre être, elle fut, aux premières vagues de son déploiement, marquée d’une manière d’extériorité. » (page 20)

Créolité et Antillanité

Chamoiseau et Glissant
Glissant et Chamoiseau

« Avec Édouard Glissant, nous refusâmes de nous enfermer dans la Négritude, épelant l’Antillanité qui relevait plus de la vision que du concept. »
« Plonger dans notre singularité, l’investir de manière projective, rejoindre à fond ce que nous sommes… »
« Mais les voies de pénétration dans l’antillanité n’étant pas balisées, la chose fut plus facile à dire qu’à faire. (…) Glissant lui-même ne nous y aidait pas tellement, pris par son propre travail, éloigné par son rythme, persuadé d’écrire pour des lecteurs futurs. Nous restions devant ses textes comme devant des hiéroglyphes, y percevant confusément le frémissement d’une voie, l’oxygène d’une perspective. »

Créolité et Américanité

« L’Américanisation et donc le sentiment d’américanité qui en découle à terme, décrit l’adaptation progressive de populations du monde occidental aux réalités naturelles du monde qu’elles baptisèrent nouveau. »
« Tout autre est le processus de créolisation, qui n’est pas propre au seul continent américain et qui désigne la mise en contact brutale sur des territoires soit insulaires, soit enclavés de populations culturellement différentes. »

Créolité et Globalisation

« Le monde va en état de créolité. Les vieilles crispations nationales cèdent sous l’avancée de fédérations qui elles-mêmes ne vivront peut-être pas longtemps. Dessous la croûte universelle totalitaire, le Divers s’est maintenu en petits peuples, en petites langues, en petites cultures » (page 51)
« La Créolité est une annihilation de la fausse universalité, du monolinguisme et de la pureté. »

Créolité et Communicabilité

« Notre plongée dans la créolité ne sera pas incommunicable mais elle ne sera non plus pas totalement communicable. Elle le sera avec ses opacités, l’opacité que nous restituons aux processus de la communication entre les hommes » (page 53)

Créolité et Politique

« (…) Notre inclinaison va vers un régime de type multipartisan, multisyndical et multiconfessionnel, en rupture complète avec les phantasmes de l’homme providentiel, et du père de la nation qui ont fait tant de mal dans nombre de pays du tiers monde et d’Europe de l’Est. »

Sources
Bernabé, Jean, Chamoiseau, Patrick, & Confiant, Raphaël. (1993). Eloge de la Créolité (M. B. Taleb-Khyar, Trans.). Paris: Gallimard.

 

Accueil • Biographie  •  Créolité  •  Bibliographie   •  Texaco  •  Sur la toile

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Empire and Its Contemporary Legacies