Passages

 

L’importance de Monsieur Hippocrate

Quand j’étais en train de commencer « Black Bazar » et le livre a introduit monsieur Hippocrate, j’étais presque sûre qu’il était blanc. Mais, à la fin je (et les autres lecteurs) me suis rendue compte qu’il était de la Martinique. C’est intéressant parce que j’avais l’impression qu’il était blanc par ses actions vers ses voisins et surtout son accusation concernant la banane (où il met l’emphase sur ce que c’est une banane africaine). Qu’est-ce qu’Alain Mabanckou veut montrer avec cette scène ? En fait qu’il y a des tensions entre les minorités différentes en France malgré leurs luttes pour les mêmes choses ?

 

Les noms dans “Black Bazar”

“Henriette c’est un prénom de vielle! Tu sais, les Européens ils ne badinent pas avec les prénoms. Ils en ont des jolies comme Georges, Valéry, François ou Jacques… Mais en plus vous nous avez fait un bébé dans le dos, et vous imposez à la pauvre un prénom de l’époque jurassique!” (101)

Cette citation est une affirmation qu’un des amis du protagoniste lui dit quand celui-ci apporte sa nouvelle fille dans le bar. J’ai trouvé ce passage intéressant puisque j’étais personnellement amusé au moment de la lecture, et aussi parce que l’implication des Européens donnant des noms différents aux gens de couleur à leur fils fait partie des thèmes principaux du roman.

Je trouve le prénom Henriette assez joli, mais il est aussi vrai qu’on l’associe avec des gens plus âgés. Je pense que la manière brusque dont l’ami du protagoniste insulte ce nom (“c’est un prénom de vielle!”) est au centre de l’humour. Il est vrai qu’Henriette pourrait être persue comme un nom plus vieux, mais on n’oserait jamais le signifier à haute voix au père! La victimisation de l’enfant dans la situation est aussi amusante – il l’appelle “la pauvre” comme si elle était vraiment une victime, et comme si la situation était beaucoup plus grave qu’en réalité. L’exagération dans la phrase “un prénom de l’époque jurassique” est aussi une source d’humour.

En plus du côté humoristique, il y a aussi une dimension sérieuse lors du passage. L’ami du protagoniste fait une distinction explicite entre les noms “Européens” et les noms “Africains” ou “des gens de couleur” quand il parle de comment “les Européens, ils ne badinent pas avec les prénoms.” Dans l’affirmation, il y a une division entre les noms choisis par “eux,” les Européens, et “nous,” les gens d’héritage Africaine. Cette subtile démarcation entre “eux” et “nous” est au centre des discours sur la race en France d’aujourd’hui. Souvent, le débat tourne autour de la question: est-ce qu’il est possible d’avoir une seule France pour tous les Françaises, et pas multiples Frances divisés par la race? Dans le passage, nous voyons assez clairement que l’expérience des personnages est une ou même les prénoms donnés aux bébés est sujet à être divisé par race.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Empire and Its Contemporary Legacies