Trouvez ci-dessous des profils et des histoires pour quelques des plus notables joueuses dans le tournoi de 2019, avec l’attention faite au développement professionnel et aux expériences à travers les frontières.

Lucy Bronze: England | Lyon | DF (RB) | 27 ans

Son développement et sa carrière internationale:

Selon The Guardian, Lucy Bronze est une des 5 meilleurs joueuses de foot dans le monde. Elle a commencé à jouer au foot a un jeune âge, jouant dans les équipes mixtes, c’est-à-dire composée des garçons et des filles, jusqu’à 12 ans, quand les régulations de l’association de football anglais commence à s’imposer et diviser les joueurs selon leur genre (les régulations sont changés en 2014 pour retarder cette division jusqu’à 16 ans). Elle a signé un contrat avec Sunderland AFC Ladies peu après, et a fait son début a 16 ans en 2007. Dans sa première année de foot professionnel, elle a été nommé le “joueuses de l’année” par l’entraîneur.

En 2009, elle a attiré l’intérêt d’Anson Dorrance, l’entraîneur de l’équipe de foot féminin de l’Universite du Caroline de Nord (UNC), et elle a décidé de déménager aux Etats-Unis pour assister à l’université. Avec l’équipe elle a gagné la coupe du NCAA dans sa première année, devenant la première joueuse anglaise de le gagner. Après le triomphe, elle a fait son retour à l’Angleterre et son retour a Sunderland.

Elle a joué en Angleterre pour Sunderland, Everton, Liverpool, et Manchester City. En 2017, elle a fait un transfert à L’olympique Lyonnaise en France. Elle joue la défense en generale, mais est aussi capable de jouer au milieu de terrain. Même comme défenseur, Bronze a marqué quelques buts, au moins 3 dans chacun de ses saisons professionnels.

Bronze a commencé sa carrière internationale avec l’équipe anglais des joueuses sous l’âge de 17, en 2007. Elle a continué de monter en garde, aux équipes sous-19 et sous-20, et finalement elle a fait son début pour l’équipe féminine d’Angleterre en 2013.

En 2015, elle a été une joueuse pour l’équipe d’Angleterre dans la Coupe du Monde féminine, ou elle a marqué les buts gagnant contre l’équipe norvégienne et l’équipe canadienne dans le tour de 16 et le quart de final, respectivement. En résultat, elle a été nommé dans l’équipe d’étoiles du tournoi. Elle a joue dans le “SheBelieves Cup” de 2019 que l’Angleterre a gagné. Au total, elle a marqué 7 buts dans 63 matches internationaux. Elle a souvent été louées par la presse, les commentateurs, et les entraîneurs, et elle serait un membre clé de l’équipe anglaise qui peut être très compétitive dans cette Coupe du Monde de 2019.

 

Wendie Renard: France | Lyon | DF (CB) | 28 ans

Son développement et sa carrière internationale:

L’histoire de Wendie Renard est un qui représente l’espoir et la dévotion d’une femme qui a connu la tristesse, la difficulté, la distance, et la triomphe. Née en Martinique, elle a commencé à jouer au foot à un jeune âge, toujours jouant avec des garcons, soit a la plage ou au parking, avec des buts marqués par les chaussures, et même utilisant une bouteille en plastique si personne avait un ballon. À 7 ans, elle a fait son début à l’Essor Préchotin, le club locale de sa ville, Prêcheur, jouant presque exclusivement contre des garçons. Un an plus tard, la tragédie: son père a reçu un diagnostic de cancer, et il est mort peu après. Dans son article pour le “Player’s Tribune”, Renard raconte la difficulté de cette perte, et elle écrit qu’après cet événement elle a décidée de se jeter complètement dans le foot, jouant et regardant en tant que possible.

À 14 ans, elle a traversé l’île pour assister au pôle sportif d’outre-mer au lycée du François, et 2 ans plus tard, en 2006, elle a gagné une épreuve de sélection à Clairefontaine, le centre nationale de la France du développement des joueuses de foot. Après une semaine, cependant, on lui a dit qu’elle ne recevrait pas un offre. Finalement en France, son rêve semblait disparaître. Heureusement, son entraîneur en Martinique a téléphoné quelques contacts, et elle a reçu une autre épreuve à l’Olympique Lyonnais. Après une autre semaine, elle a reçu un offre. Pas de salaire, cependant, qui n’arrive jusqu’à 2009.

Wendie Renard a passé toute sa carrière jusqu’à présent à Lyon, où elle a gagné 12 (!) championnats de France, ainsi que la ligue des champions 5 fois (2011, 2012, 2016, 2017, 2018). Malgré le fait qu’elle joue en défense, Renard est aussi prolifique comme buteur; elle a marqué exactement 100 buts pour Lyon, en partie grâce à sa taille (1,87 m | 6’2”) et donc sa capacité de marquer des têtes. Elle est la capitaine de Lyon depuis 2013.

Renard a faite son début pour l’équipe de France U19 en 2007, et elle a participé dans le Championnat d’Europe de foot féminin des moins de 19 ans et la coupe du monde des moins de 20 ans, tous les deux en 2008. 3 ans plus tard, elle a été sélectionné par Bruno Bini pour joindre l’équipe de France féminine, et jusqu’à présent elle a joué dans 106 matchs internationaux, y compris ceux de la coupe du monde 2015, ou elle a été nommé capitaine de la France (bien qu’Amandine Henry reçoive la capitainerie du nouvel entraîneur Corinne Diacre en 2017). A cause de ses performances impressifs, elle a été nommé dans l’équipe d’étoiles du tournoi.

En totale, elle a marqué 20 buts pour la France, y compris un but contre l’Angleterre dans le “SheBelieves Cup” de 2017 que la France a gagné. Elle a proclamé son désir de remporter la coupe du monde de 2019, et elle aura une grande chance avec une équipe française talentueuse.

 

Lieke Martens: le Pays-Bas | FC Barcelona | MF/FW | 26 ans

Son développement et sa carrière internationale:

Lieke Martens est un footballeur néerlandaise (née le 16 décembre 1992)  qui joue pour le FC Barcelona dans la Primera División et l’équipe nationale néerlandaise. Elle est une joueuse signifiante car en octobre 2017, elle a été nommée meilleure joueuse féminine de la FIFA. (The Best FIFA Women’s Player of 2017.) Elle est un superbe dribbleur dont son intelligence et sa capacité innée aident à déterminer le rythme du jeu des Pays-Bas. Martens, qui a impressionné lors de la campagne de qualification de son pays pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, s’est imposée comme la vedette des Néerlandais. Elle a remporté l’euro féminin de l’UEFA à domicile. Bien qu’elle plus forte avec son pied droit, elle a joué sur l’aile gauche.

Pour plus de contexte, en juin 2013, l’entraîneur de l’équipe nationale, Roger Reijners, a sélectionné Martens dans l’équipe des Pays-Bas pour l’euro 2013 féminin de l’UEFA en Suède. Elle a marqué le premier but de la Coupe du monde des Pays-Bas à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015 au Canada.Martens a marqué trois buts lors de la campagne 2017 des Pays-Bas remportée par les Pays-Bas. Pour ses performances dans le tournoi, Martens a été incluse dans l’équipe du tournoi de l’UEFA 2017 et a remporté le Bronze Boot (troisième meilleur buteur) et le Golden Ball (meilleur joueur du tournoi).

C’est intéressant qu’une fille qui venait d’une petite ville néerlandaise de Bergen à la fin des années 90 ne savait pas qu’il y avait un match féminin. Son idole était Ronaldinho. Le raison pour cela: «Parce que j’étais un fan du Barça», déclare Lieke Martens. «Il avait les cheveux longs comme moi et de grands dribbles. Je l’ai aimé. Il était technique, a fait beaucoup de buts. ” Lieke Martens a débuté sa carrière dans la Hollande natale chez Hereenveen avant de passer au VVV-Venlo. L’attaquant possède une vaste expérience hors de son pays d’origine, ayant joué en Belgique où elle a participé à la Super Cup avec Standard Liege en 2012. Martens a ensuite joué en Allemagne avec Duisburg et en Suède avec Goteborg, puis Rosengärd où elle a remporté la coupe et la Super Coupe en 2016. Finalement, Martens a quitté le club suédois Rosengärd pour s’installer à Barcelone en juillet dernier, avec un contrat d’un salaire annuel de 180 000 €. Cela est bien sur symbolique en ce qu’elle a fini là où son idole, Ronaldinho, a joué.

Son salaire mérite d’être mentionné car la même année, elle a été élue la meilleure joueuse féminine, Cristiano Ronaldo a également remporté le prix, mais pour les hommes. Son salaire en revanche est 30 milion euros.

Interrogé sur le débat sur le football européen et sur l’écart de salaire entre les hommes et les femmes, Martens a répondu: “Je pense que c’est bon pour le football féminin. Je pense qu’il est important que les fédérations et les équipes parlent d’argent, car nous ne parlons pas d’acheter des voitures supplémentaires.” , mais pouvoir aller au supermarché et acheter de la bonne nourriture. Nous voulons être plus valorisés et avoir le droit de leur demander de discuter de l’égalité des salaires. Cela me semble bien que ce ne soit pas seulement une équipe qui le demande, mais quelques-uns d’entre eux. Pas seulement en Europe, mais au Brésil, ils en parlent aussi. Le football féminin se développe et il est normal de payer plus. ”

Le Nigeria et le Cameroun ne reçoivent pas beaucoup de presse même s’ils ont de grands talents dans leurs équipes qui sacrifient beaucoup pour leur amour du football et pour leurs familles. Deux bons exemples sont Asisat Oshoala et Gabrielle Aboudi Onguéné qui ont tous deux quitté leur pays d’origine pour jouer à l’étranger mais qui représenteront fièrement leur pays d’origine dans la coupe du monde.

 

Gabrielle Aboudi Onguéné: le Cameroun | ZFK CSKA Moscow | FW  | 30 ans

Son développement et sa carrière internationale:

Gabrielle Aboudi Onguéné, est née le 25 février 1989 à Douala, est une footballeuse camerounaise. Elle joue pour le club CSKA Moscou en Russie et elle est ‘attaquante pour l’equipe nationale camerounaise de football féminin

En tant que membre de l’équipe nationale camerounaise, elle a représenté le Cameroun aux Jeux olympiques d’été de 2012, inscrivant l’unique but de l’équipe dans le tournoi. Elle a joué pour le Cameroun lors de la Coupe du monde de football 2015.En plus elle a été élue la meilleure joueuse à la Coupe d’Afrique des Nations féminine 2016. Onguéné a joué un rôle essentiel pour les Lionnes indomptables, remportant un billet pour la Coupe du Monde Féminine 2019 en France après avoir terminé troisième dans la Coupe d’Afrique des Nations de cette année.

Notamment elle n’est pas liée à Jean Manga Onguéné, ancien footballeur international et sélectionneur de l’équipe du Cameroun de football mais il est quand même comme une figure paternelle pour elle.

Son histoire est unique car elle a interrompu ses études très tôt pour se consacrer à sa carrière dans le football afin de sortir sa famille de la misère et de la pauvreté :”J’ai été dépisté vers l’âge de 15 ans. Le football est le plus beau sport du monde. Quand je joue pour l’équipe nationale, j’ai l’impression d’être avec ma famille. » Pour s’améliorer comme beaucoup d’autres femmes dans l’industrie elle a aussi choisi de jouer avec les hommes. : «J’ai décidé de faire des séances d’entraînement supplémentaires et j’ai aussi travaillé avec les équipes masculines pour que je puisse me familiariser avec le niveau supérieur et pouvoir affronter les meilleures équipes du monde.»

Elle utilise toutefois son expérience unique pour inciter les jeunes filles et les générations futures à suivre leurs passions tout en poursuivant leurs études. Elle a toutefois exhorté, alors , les jeunes filles qui envisagent de gagner leur vie grâce au football à prendre leur éducation au sérieux. « Mon message à toutes mes soeurs est de faire ce que vous aimez vraiment, mais n’oubliez pas d’aller à l’école car c’est la chose la plus importante”, a poursuivi Onguéné. : « Mon rêve est d’aider à concilier éducation et football. Je suis convaincu qu’un jour, le football féminin en Afrique sortira de l’ombre « , a-t-elle conclu. Elle est une voix importante et l’une des rares voix dans sa région et il est stimulant de voir à quel point elle est venue si loin de chez elle en Russie.

 

Asisat Oshoala: le Nigeria | FC Barcelona | FW | 24 ans

Son développement et sa carrière internationale:

Asisat Lamina Oshoala MON (est née le 9 octobre 1994) est un footballeur professionnel nigérian qui joue pour le club espagnol du FC Barcelona Femení dans la Primera División en tant qu’attaquant. Elle a été nommée meilleure joueuse et a été la plus haute buteuse de la Coupe du Monde Féminine des moins de 20 ans de la FIFA 2014. Elle a également été nommée meilleure joueuse et deuxième meilleure buteuse avec l’équipe des Super Falcons qui a remporté le Championnat africain féminin 2014. Le 23 janvier 2015, Oshoala a rejoint Liverpool Ladies. L’entraîneur de Liverpool, Matt Beard, l’a surnommée “l’une des meilleures jeunes joueurs du monde”.

En ce moment Oshoala est un nom dans les nouvelles. Elle a aidé son club, FC Barcelona, à battre le Bayern Munich 1 à 0 lors du match de demi-finale de la Ligue des champions féminin de l’UEFA, devenant ainsi la première Nigériane à se qualifier pour la finale de la compétition. Selon Goal, le match a donné lieu à de nombreuses premières pour le FC Barcelona. Le club a non seulement été témoin d’un nombre record de spectateurs lors d’un match féminin (a Barcelona), mais FC Barcelona Femeni est également devenu le premier club espagnol à atteindre la finale de l’histoire du tournoi.

Depuis trois mois, Oshoala aide le club à dominer. La joueuse a déjà marqué six buts en championnat cette saison et elle les a tous scellés avec sept buts. « La magie d’Oshoala » sera certainement utile le 18 mai, lorsque le club affrontera Lyon en finale.

Oshoala a commencé à aimer le football dans son enfance en regardant Liverpool à la télévision. Elle envisageait de devenir avocate mais a décidé de mettre un terme à ses études et de poursuivre une carrière dans le football. Elle a déclaré: «Ma passion pour le football m’a poussé à abandonner l’école. J’avais l’habitude d’être un tom-boy pendant mon enfance et tout le monde autour de moi me voit comme un gars. Jusqu’à ce jour, je joue toujours aux côtés de footballeurs masculins à Arsenal et ici au Nigeria. » L’attaquant, cependant, a déclaré qu’elle ne regrettait pas d’avoir abandonné l’école parce qu’il lui restait une possibilité d’étudier, notant que ceux qui s’y aventurent le font parce qu’ils veulent devenir riches et avoir de l’influence. Dans l’ensemble, cette femme talentueuse et fièrement nigérienne, bien qu’avoir être blessée au genou à Liverpool dans les années précédentes, fait des grandes choses pour son club à l’étranger. On attend sans aucun doute des buts similairs cette coupe du monde quand elle joue pour son pays, le Nigeria.

 

Khadija Shaw: La Jamaïque | non-affilié | FW (ST) | 22 ans

Son développement et sa carrière internationale:

On ne peut pas parler de Khadija “Bunny” Shaw sans parler de sa jeunesse, et de la tragédie qu’elle a surmonté pour achever son succès et éviter la violence de sa ville d’origine. Shaw a grandi dans la ville de Spanish Town, l’ancienne capitale de la Jamaïque, avec ses 7 frères et 5 soeurs. Tandis que ses frères ont commencé à jouer au foot très jeunes, elle était interdit de jouer par sa mère, qui a jugé ces matchs dans la rue trop rude pour une jeune fille. Cependant, Shaw a convaincu un de ses frères, Kentardo, de lui apprendre un peu de foot. Éventuellement, sa mère a cédé, et elle a joint les garçons dans la rue, ainsi que l’équipe de son école, St. Jago High School.

En sa septième année de l’ecole, Shaw a attiré l’attention de Vin Blaine, Directeur de la Fédération Jamaïque de foot, qui l’a invité au camp d’entrainement pour l’équipe nationale. Après cela, son développement a été rapide; à l’âge de 14 ans, elle jouait pour les équipes nationales féminines des moins de 15, moins de 17, et moins de 20 ans. Il n’y a pas une ligue féminine établi en Jamaïque, mais à l’âge de 17 ans, Shaw a reçu des offres de jouer pour des universités américaines. Elle a décidé de joindre l’Université de Floride, mais malheureusement elle a raté la date de l’examen SAT, et donc elle a eu besoin d’assister au collège préuniversitaire.

C’était pendant cette période que les tragédies commencent à s’accumuler pour Shaw et sa famille. À brefs intervalles, trois de ses frères ont été tués en résultat de la violence des gangs. Peu après, un autre frère est mort dans un accident de voiture. Shaw a parlé de l’effet de ces pertes, disant: “Je voulais rentrer chez moi. Je ne voulais pas jouer au foot…. Ils disent que vous n’êtes pas censé demander à Dieu pourquoi, mais parfois je dirais: Pourquoi? Pourquoi est-ce arrivé?’” Mais la famille de Shaw l’a assuré qu’elle doit rester à l’université, elle doit continuer de jouer au foot.

Peu après, Shaw a attiré l’intérêt de Brian Pensky, et elle a été accepté à l’université de Tennessee. Dans sa première année, elle a marqué 14 buts en 20 matchs. L’année prochaine, 13 buts en 15 matchs, et elle a été nommée la joueuse de l’année pour le SEC. Son entraîneur a même dit “Si elle était américaine, elle serait un premier choix dans les sélections de la NWSL.” Après l’obtention de son diplôme en mai, elle a l’intention de signer avec un club professionelle européenne, mais jusqu’alors, elle se concentre sur ses études, avec l’autre intention de devenir la première dans sa famille d’être diplômé par une université américaine.

Comme indiqué ci-dessus, Shaw a commencé sa carrière internationale à l’âge de 14. Elle a fait une pause internationale après son déménagement aux Etats-Unis, mais finalement elle a fait son début pour l’équipe nationale, surnomme les “Reggae Girlz”, en mai 2018. Dans un de ses premiers matchs, contre Guadeloupe dans le stage de qualification pour le championnat de CONCACAF, elle a marqué 6 buts dans une déroute de 13-0. Elle a continué cette bonne forme jusqu’ici, marquant 25 buts en 20 matchs totals, y compris 2 buts dans le stage des groupes de la championnat de CONCACAF. Un de ces buts a été le seul but dans une victoire de 1-0 contre l’équipe de Costa Rica qui a été fortement favorisée. Puis, elle a marqué un but dans le match de troisième place, celui qui détermine la dernière qualifiée de la région pour la coupe du monde. Ce match a continué jusqu’aux pénalités, et avec leur victoire, la Jamaïque a qualifié pour la coupe du monde pour la première fois dans leur histoire.

Maintenant, Bunny Shaw est le centre d’attention de l’équipe nationale, et leurs espoirs dans la coupe de monde reposent probablement sur ses épaules. Ce qui est clair est qu’elle est une joueuse incroyable avec un futur encore plus incroyable, une joueuse qui va garantir que chaque match de la Jamaïque est un match à regarder.

 

 

Références:

[1] Edwards, Luke. “England Women’s Lucy Bronze Goes from Making Boys Cry to World Cup Glory.” The Telegraph, Telegraph Media Group, 30 June 2015, www.telegraph.co.uk/sport/football/teams/england/11709420/England-womens-Lucy-Bronze-goes-from-making-boys-cry-to-World-Cup-glory.html. Accessed 3 Apr. 2019.

[2] Laverty, Rich. “The 100 Best Female Footballers in the World 2018.” The Guardian, Guardian News and Media, www.theguardian.com/football/ng-interactive/2018/dec/04/the-100-best-female-footballers-in-the-world-2018. Accessed 3 Apr. 2019.

[3] “Lucy Bronze.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 29 Apr. 2019, en.wikipedia.org/wiki/Lucy_Bronze.

[4] “Life at the End of the World | By Wendie Renard.” The Players’ Tribune, www.theplayerstribune.com/en-us/articles/wendie-renard-life-at-the-end-of-the-world.

[5] Martinique 1ère. “La Martiniquaise Wendie Renard Élue Femme La plus Influente De Lyon.” Martinique La 1ère, Martinique 1ère, 15 Mar. 2019, la1ere.francetvinfo.fr/martinique/martiniquaise-wendie-renard-elue-femme-plus-influente-lyon-689860.html.

[6] Rosillette, Jean-Mary. “Wendie Renard.” Wendie Renard : Martinique A Nu, martiniqueannu.com/sportif-martiniquais/wendie-renard.

[7] “Wendie Renard.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 22 Apr. 2019, fr.wikipedia.org/wiki/Wendie_Renard.

[8] FC Barcelona, https://www.fcbarcelona.com/en/football/womens-football/players/711890/martens# (Accessed 28/04/19)

[10]Ahmadu, S., African All Stars, Cameroon’s Gabrielle Onguene: Why I quit school to focus on football (27/12/18), https://www.goal.com/en-us/news/cameroons-gabrielle-onguene-why-i-quit-school-to-focus-on/tmjhpe7dlr1p10uaaavlledwq (Accessed 28/04/19)

[11] Fifa Women’s World Cup Canada 2015, Onguene: There’s no room for error (15/06/2015), https://www.fifa.com/womensworldcup/news/onguene-there-s-no-room-for-error-2648965 (Accessed 29/04/19)

[12]Konbini, Asisat Oshoala Is The First Nigerian To Qualify For The Women’s Champions League Final, (29/04/2019) https://www.konbini.com/ng/lifestyle/asisat-oshoala-first-nigerian-qualify-womens-champions-league-final/ (Accessed 30/04/2019)

[13] Nwachukwu, J., Daily Post, My passion for football made me drop out of school – Asisat Oshoala  (31/12/16), https://dailypost.ng/2016/12/31/passion-football-made-drop-school-asisat-oshoala/ (Accessed 29/04/2019)

[14] Graham, Bryan Armen. “The Guardian Footballer of the Year 2018: Khadija ‘Bunny’ Shaw.” The Guardian, Guardian News and Media, 28 Dec. 2018, www.theguardian.com/sport/2018/dec/28/guardian-footballer-of-the-year-2018-khadija-bunny-shaw.

[15] Jamaica Observer Limited. “’Bunny’ Shaw Takes Professional Prospects in Stride.” Jamaica Observer, www.jamaicaobserver.com/sports/-bunny-shaw-takes-professional-prospects-in-stride-says-her-immediate-goal-is-to-complete-degree-in-communications_161541?profile=1511.

[16] “Khadija Shaw.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 22 Apr. 2019, en.wikipedia.org/wiki/Khadija_Shaw.

[17] McCauley, Kim. “Jamaica Star Bunny Shaw Is Unstoppable.” SBNation.com, SBNation.com, 14 Oct. 2018, www.sbnation.com/soccer/2018/10/14/17971952/usa-vs-jamaica-2018-concacaf-championship-khadija-shaw-bunny-world-cup-qualifying.