Dec 10 2013

One of the strangest endings in sports

Filed under Uncategorized

As we sit here at the end of another semester at Duke, it’s gotten me thinking about the way we draw things to a close in the sport of soccer. All tie-is-like-kissing-your-sister jokes aside, I’m talking about penalty kicks.

Last week as I was sitting in the press box anxiously awaiting the kickoff of the ACC championship game, I got an ESPN ScoreCenter alert on my phone. Expecting to see something related to college football or the NFL, I looked down and learned that Sporting Kansas City had just beaten Real Salt Lake for the MLS Cup in a marathon, 10-round penalty kick shootout. My first reaction was ‘wow, that must have been exciting,’ but my second thought was, ‘why do we end the most important matches on the world’s biggest stages in a shootout?’

There’s no question that a shootout of any kind—whether in soccer or hockey—is one of the most exciting situations in sports. It’s the ultimate showdown. It’s the attacker against the goalkeeper, and one shot could make the difference between winning and losing. But on a championship setting, ending a grueling 120-minute match in penalty kicks has always struck me as being a bit anticlimactic. I’ll never once pretend to be a soccer die-hard, but I think the players deserve more than the cruel ending of a penalty shootout.

Just weeks before the MLS Cup, I watched anxiously as Duke’s women’s soccer team won not one, but two NCAA tournament matches by way of a shootout. Each time was full of tension and excitement, but even as I celebrated my team’s victory I walked away feeling slightly empty. Do matches that are played so well that they end in ties deserve to end in penalties? By nature, penalty kicks are decided by the choice of the kicker versus the choice of the keeper. Each of them have a 50-50 shot of guessing the right way, so should we be ending soccer matches on what can be boiled down to an immensely skillful coin flip?

Don’t worry, I’m not going to bore everyone with the argument that a penalty kick shootout in soccer is like ending a baseball game that’s tied after nine innings with a Home Run Derby between the two teams. I’ve never enjoyed that argument—unlike a Home Run Derby, penalty kicks are still a part of the game of soccer, although they occur rarely in the run of play. Rather, I advocate against penalty kicks because I would much rather see a marathon soccer match end in a golden goal—no matter how long it takes.

Opposition would argue that if a soccer match goes on too long, players will tire until scoring a goal becomes nearly impossible due to exhaustion. I understand that 120 minutes of a soccer match is grueling enough for the players as it is. But in a sport where conditioning is essential, does it not make sense that the best-conditioned team should be in a position to win the match? Since we’re getting hypothetical with the whole golden goal thing here, let’s propose that to combat fatigue, the substitution rules in extra time will change. Just like NFL and NBA teams receive additional timeouts in overtime, soccer teams that play past the 120th minute would each receive one additional substitution per 15 minutes of play. This would allow teams to stay fresh and add an interesting new element into the sport of soccer—depth is going to matter a whole lot more as the game goes on.

Now I understand that soccer games are already long enough as is, and matches already aren’t built for television because there are no commercials, but as someone who really enjoys baseball I can tell you that I love staying up late into the night watching a 17- or 18-inning game. As the contest wears on, the tension continues to mount and little-known players have the chance to become heroes. Teams have to go deeper into their bullpens and depth becomes an issue. Just like soccer, there is no re-entry into a game, so sometimes if the game goes long enough people will be forced to play out of position and adapt. All of these contribute to the notion that the stronger team—not the luckier team—wins the game.

I’m really interested to see what more traditional soccer fans think about this idea. Maybe it’s something that is much better in theory than it ever would be in practice, but although penalty shootouts are exciting, I’m just not sure it does a great game justice to end that way. If there’s one thing that learning to follow soccer more closely has taught me, it’s that there doesn’t need to be scoring to drive the tension of a match—ending a match in a penalty shootout seems counterintuitive to me for that reason. All it should take is one goal, one moment, and it should happen with all 22 players on the field.

5 responses so far

Dec 08 2013

Que ferons-nous avec les stades après la Coupe de Monde?

Le post de Becca sur les stades au Brésil me fait rappeler du mon voyage à l’Afrique du Sud et du grand problème dont les grands stades de la Coupe de Monde posent aux pays organisateurs : que ferons-nous avec les stades après la Coupe de Monde ?

Dans l’été de 2011, j’ai habité à Durban, Afrique du Sud pendant trois mois avec DukeEngage (un programme sponsorisé par l’université). A Durban, j’ai travaillé avec des organisations non-gouvernementales qui aident des jeunes dans un quartier qui s’appelle Wentworth. Pendant la période que j’étais à Durban, j’ai appris beaucoup de la culture sportive et l’histoire du rugby et du football. J’ai parlé avec des jeunes et j’ai vu le contrecoup persistant du apartheid avec les populations qui jouent chaque sport. Selon les jeunes à Durban, le football reste comme le sport préféré par les Sud-Africains noirs et Sud-Africains de couleurs tant que les Sud-Africains blancs aiment le rugby. Néanmoins, tout le monde joue les deux sports dans une certaine mesure. Nous avons aidé à un camp d’entrainement gratuit pour le football à Durban et j’ai pu voir l’amour pour le football.

380154_2503324776791_1196682678_n 

Le moment de mon voyage était très intéressant en particulier parce que c’était l’été après la Coupe de Monde- la première Coupe de Monde en Afrique ! Il était évident pendant notre voyage que l’économie et les gens d’Afrique du Sud souffraient des effets secondaires (« une guele de bois ») de la Coupe de Monde. Nous sommes allés au grand stade à Durban, Moses Mabhida. Le stade était vraiment incroyable avec un grand arc et une capacité de 62,760 places. Moses Mabhida a coûté $450 million et reste comme une attraction touristique après la Coupe de Monde. Nous avons marché sur le terrain et c’était vraiment un spectacle. De plus, nous avons pris le funiculaire au sommet du stade pour une vue sensationnelle.

  

381456_2503361737715_810483235_n

Cependant, je n’ai pas compris comment le stade resterait ouvert parce qu’il n’a pas été utilisé souvent pour des événements après la Coupe de Monde (sauf le cricket). J’ai demandé aux habitants si Moses Mabhida est un avantage pour la communauté après la Coupe de Monde et s’il a crée du travail. Leurs réponses ne m’ont pas surpris parce qu’ils ont dit que le gouvernement a dépensé trop pour le stade et qu’il aurait pu avoir utilisé cet argent pour les programmes sociaux. En outre, Moses Mabhida n’est pas viable financièrement et il y a un déclin des touristes.

Nous pouvons apprendre de l’exemple de Moses Mabhida et les épreuves que le stade a fait face. J’espère que le gouvernement brésilien pense à long-terme avec ses stades et comment il peut les utiliser pour enrichir le pays.[1]


[1] J’ai pris toutes les photos dans ce post

One response so far

Dec 08 2013

U17 World-Cup awarded to India

Filed under India,Youth Soccer

Despite football’s massive popularity in the world, the world’s four largest countries by population are, for the most part, quite disinterested in the game. The Chinese prefer basketball, the Indians are obsessed with Cricket, the United States has it’s Big 4 sports (Basketball, Baseball, American Football and Ice Hockey), while Indonesia loves its Badminton. If we go down the list, we find that other highly populated countries such as Pakistan and Bangladesh don’t have successful soccer teams.  We also find Brazil, however, which has been the most successful team in World Cup history.

It’s perhaps because of these untapped markets that FIFA has made a large push to spread the sport in countries where it is not popular. The most obvious example of this was the award of the 2022 World Cup to Qatar. But the 2013 Fifa u-17 World Cup was also held in the United Arab Emirates, signaling that FIFA wants to spread the game in the Middle East.

 

In late November, the 2017 U-17 World Cup was awarded to India. As hosts, India will qualify automatically, the first time an Indian football team of any sort has been invited to a FIFA event since the 1950 World Cup when the team refused to play.

This could mark the start of a boom in interest in football in India. The sport has always been a distant second to cricket in the subcontinent, but if the government invests in improving the quality of soccer infrastructure and improves the youth leagues, India may have a decent showing at the event. In a country devoid of much athletic prowess, the U17 World Cup has a good chance of exciting millions of people to play the game.

As India grows in economic status, FIFA’s push may open a huge new market for future growth.

6 responses so far

Dec 07 2013

La Corée du Sud & cette prochaine Coupe du Monde

Le moment est enfin arrivé – Juste hier, le finale tirage au sort de la Coupe du Monde 2014 très attendu était annoncé. Bien sûr, comme chaque Coupe du Monde, il y avait beaucoup de conversation en regardant la probabilité de chaque pays d’avancer dans leur groupe…

Screen Shot 2013-12-07 at 10.56.22 PM

C’est le 8ème consecutive finale de la Coupe du Monde pour la République de Corée, mais il n’y était pas un parcours facile d’avancer au finale tirage ce temps. L’équipe Coréen a finit deuxième après Iran et le directeur précédent, Choi Kang-Hee, était viré par conséquent. Mais sur une note plus positive, le 15 novembre, la Corée a réussi par 2-1 contre la Suisse, qui est classée huitième. Alors la Corée est dans le Groupe H avec la Belgique, l’Algérie, et la Russie. Comment vont-elles correspondre contre ces équipes ?

Park Chu-Young

Park Chu-Young

D’abord, on doit examiner les joueurs spécifiques qui peuvent guidera l’équipe vers la victoire. Donc, qui est quelques vedettes de l’équipe à surveiller ? L’un des joueurs les plus populaires de la Corée qui joue pour Arsenal est Park Chu-Young. Dans la Coupe du Monde 2010, Park a dirigé l’équipe avec son coup franc contre le Nigeria, ce qui porte la pour les huitièmes de finale. En plus, aux Jeux Olympiques de Londres, il a marqué le premier but de la victoire 2-0 contre le Japon.[1] Et jusqu’à présent, il a marqué six buts dans les éliminatoires de la Coupe du Monde pour l’équipe Coréen. Une autre vedette de l’équipe potentielle est Son Heung-Min. Il a juste 21 ans, et il a tous les ingrédients de devenir icône de football prochaine en Corée. Comme Park Chu-Young, il joue à l’étranger pour l’équipe allemande, Bundesliga.

Son Heung-Min

Son Heung-Min

Et l’entraîneur ? Hong Myung-bo est le joueur le plus capé de la Corée et a joué sous Guus Hiddink dans la 2002 Coupe du Monde quand la Corée a avancé aux demi-finales— l’une des moments les plus fiers de la Corée dans l’histoire. Hong était aussi l’entraîneur de l’équipe Olympique de la Corée l’été dernier à Londres, où son équipe a gagné la médaille de bronze.  Avec la victoire récente contre la Suisse, Hong donne de l’espoir aux Coréens.[2]

291165_heroa

Entraîneur Hong Myung-Bo

Je crois que l’équipe Coréen ont une très bonne chance de faire passé le tour du groupe, mais elles ne peuvent pas sous-estimer la concurrence. Selon agence de presse, Yonhap, l’entraîneur Hong Myung-bo a déclaré :

Les fans sud-coréens peut-être ne sont pas très familier avec la Belgique, mais je pense qu’ils seront une équipe encore meilleure l’année prochaine… La Russie est une équipe de joueurs physiques et qualifiés et l’Algérie est aussi une équipe solide. Il n’y a jamais un groupe facile à la Coupe du Monde, et nous ne pouvons pas se permettre de penser que nous avons retrouvés dans un. [3]

La Corée jouera d’abord contre la Russie le 17 juin, alors l’Algérie le 22 juin, et la Belgique le 26 juin. Voici quelques informations statistiques sur chaque équipe de Groupe H [4]:

La Belgique
FIFA Classement Mondial: 11
Dernière Coupe du Monde: 2002
Meilleur résultat: Quatrième place (1986)
Comment qualifié: UEFA Groupe A gagnant

L’Algérie
FIFA Classement Mondial: 26
Dernière Coupe du Monde: 2010
Meilleur résultat: Tour de groupe
Comment qualifié: Battu Burkina Faso dans le CAF play-off

La Russie
FIFA Classement Mondial: 22
Dernière Coupe du Monde: 2002
Meilleur résultat: Quatrième place (1966)
Comment qualifié: UEFA Group F gagnant

Corée du Sud
FIFA Classement Mondial: 54
Dernière Coupe du Monde: 2010
Meilleur résultat: Quatrième place (2002)
Comment qualifié: AFC Group A second

 


[1] Itel, Dan. “World Cup 2014: Korea Republic national soccer team.” http://www.mlssoccer.com/worldcup/2014/korea-republic.

[3] “World Cup Hell Draw for Aussies, Easier for Japan, Korea, Iran.” Yahoo Sports Singapore. http://sg.sports.yahoo.com/news/world-cup-hell-draw-aussies-easier-japan-korea-013725468–sow.html.

One response so far

Dec 07 2013

Le Tirage au Sort de la Coupe du Monde

Filed under Uncategorized

Hier, le 6 décembre 2013, le tirage au sort des groupes de Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ a eu lieu. Le tirage au sort est un événement avec plusieurs centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde. Ce moment est important pour tout ce qui s’est intéresse par le Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ car ce moment définira le débout de trajet de tous les équipes.

Pour établir une hiérarchie avant le tirage au sort, la FIFA a classé les 32 équipes qui ont qualifié dans 4 chapeaux. Une équipe d’un chapeau ne peut pas jouer contre une autre équipe de ce même chapeau.

Les Chapeaux:

Chapeau 1 – Les têtes de séries d’Amérique du Sud : Brésil, Argentine, Uruguay, Colombie. Les têtes de série d’Europe: Allemagne, Belgique, Espagne, Suisse.

Chapeau 2 – Pays africains et d’Amérique du Sud: Algérie, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Chili et Équateur.

Chapeau 3 – Pays asiatiques et d’Amérique centrale: Australie, Iran, Japon, République de Corée, Costa Rica, Honduras, Mexique et États-Unis.

Chapeau 4 – Pays européens: Bosnie-Herzégovine, Croatie, Angleterre, France, Grèce, Italie, Pays-Bas, Portugal, Russie.[1]

Les résultats du tirage au sort étaient les suivant :

Screen Shot 2013-12-07 at 12.13.51 PM

FR.FIFA.COM



[1]  “Coupe Du Monde 2014: Tirage Au Sort, Mode D’emploi.” 20minutes.fr. 20Minutes FR, 7 Dec. 2013. Web. 07 Dec. 2013.

No responses yet

Dec 07 2013

German Nationalism Courtesy of Football

Filed under Fans,Germany,History,Racism

The 20th century was a wicked roller coaster ride for Germany.

Two World Wars, each spawned by high levels of nationalism, both resulted in German defeat. In the course of less than fifty years, Germany’s territory, economy, and politics were reduced to rubble, rebuilt, and then subsequently destroyed multiple times. Post World War II, the Allied Powers split Germany into two countries to separate East from West during the Cold War, with the very visible divide in the form of the Berlin Wall. Only with the fall of the Berlin Wall in 1989 did East and West Germany begin the process of reunification. So, where has that left German citizens?

http://therecoveringpolitician.com/wp-content/uploads/2013/03/

berlin20wall20freedom.jpg

Since the end of World War II, Germans have been wary of displaying national pride, which has been suggested by scholars to be a result of war shame and guilt [1]. Even today, nearly seventy years since the end of WWII and over twenty years since the reunification, Germans show relatively low national pride compared to other nations with similar economic and political stability [2]. However, when it comes to football, the display of national pride is a completely different story.

Much to everyone’s surprise, when Germany hosted the 2006 World Cup, German flags flew everywhere during the World Cup. It even came to a surprise for Germans at the time, as the display of the flag became the No. 2 topic of conversation, right behind coverage of the actual World Cup games themselves [3]. Prior to 2006, fans who waved or wore flags in public were less commonplace [4]. In the 2010 World Cup, Germans who crowded into the stadium that held the semifinal between Germany and Spain covered themselves in the nation’s colors — black, gold, and red — and pridefully sang the Deutschland national anthem [5].

http://www.dw.de/image/0,,16032809_303,00.jpg

However, this rise in patriotism due to football has not been met without opposition. Back in Germany during the 2010 World Cup, shopkeeper Ibrahim Bassal, who is a German immigrant himself, hung up a giant German flag outside his shop that had been stolen twice — likely by members of the radical left-wing — and someone even tried to light the flag on fire [6]. Since WWII, Germans have been particularly sensitive to the topic of displaying national pride, as it typically triggers thoughts of war, blind-allegiance, and shame.

Opponents of the increase in nationalism also cite a rise in xenophobia and racism as a main issue. After Germany defeated Denmark in a game during the 2012 UEFA European Championship, anonymous users on Twitter made racist comments about German player Mesut Özil, who is third generation Turkish-German, in hopes of sparking a hate campaign [7]. Since German Turks form the largest minority in Germany [8], it makes sense that these racist comments would be particularly alarming.

http://www.cahiersdufootball.net/images-article/images2/2011_06/

sindelar4_1_allemagne38.jpg

Even though many view sport as an equalizer without any place in politics, it is difficult to deny that football has a history of being manipulated as a form propaganda. Could the football-induced nationalism directly lead to increased xenophobia or violence targeting minorities? Or is that stretching it a bit far? Many Germans and critics will continue to be cautious as traumatizing flashbacks of Nazi Germany haunt their psyche.

Contrastingly, is it so terrible to have the ability to publicly show pride in one’s own nation without being scorned? Germany will continue to emerge from its difficult past, and these are just some of the issues that Germans along with the rest of the world will have to deal with eventually. This is a particularly fascinating case study, and as the 2014 World Cup rolls around, it will be interesting to see the pro- and anti-nationalism dynamics play out once again.

Continue Reading »

3 responses so far

Dec 06 2013

Soccer Satire

 

Satire can be a fantastic way to stimulate discussion about real issues; often, it can be more revelatory than straight discourse.   Laughing at a joke compels understanding and examining why the joke was funny– and in satire, the humor is derived from revealing precisely how ridiculous certain serious subjects truly are.  Satirists are frequently an important part of cultural criticism, from Mark Twain to Bassem Youssef;  humor is an excellent way to make an unreceptive public care about what you want them to care about.  While frequently more ridiculous than incisive, the Onion is one such source; and when I stumbled upon this piece written about the 2010 World Cup, I discovered that many of the premises of the humor of the piece are still distinctly applicable to soccer in the US.

http://www.theonion.com/articles/nations-soccer-fan-becoming-insufferable,17553/

The running joke is that the single soccer fan in American has become insufferable over the World Cup, the humor (and truth) lying in the fact that, of course, while there is more than one, there are far fewer soccer fans in the US than practically anywhere else, despite a deeply entrenched culture of sports spectatorship and participation (particularly, and paradoxically, participation in soccer youth leagues.)  The lone fan, Brad Janovich, is “the only American citizen currently aware that the World Cup begins June 11″; the sources quoted in the article are “only peripherally aware of the World Cup,” and are confused and irritated when he strikes up “several extended but one-sided conversations concerning figures such as “Kaka” and “Ronaldinho,” generally mystifying and alienating everyone he has come into contact with.” I won’t  ruin the genuinely funny piece by quoting further, but you get the gist.  The humor of the piece is predicated on the isolation of the US in its apathy towards the global game, and that the grip soccer has on American audiences is tenuous at best.  These are realities that have seen some movement in the last 4 years, but not much; hopefully this World Cup will do a better job of capturing the American imagination (apart from Brad Janovich’s) better than the last one.

No responses yet

Dec 05 2013

Le ballon officiel de la Coup du Monde

Filed under Brazil,FIFA,World Cup

Pour élaborer sur le post précèdent de Gilda, je voudrais partager l’annonce commerciale pour le ballon officiel de la Coup du Monde, qui a été présenté mardi dernier par Adidas. (Although my post will be in French, the video is definitely still worth watching!)

Je crois que la vidéo décrire l’ubiquité du football. Il y a les jeunes qui jouent avec la Brazuca sur la plage et dans la rue du quartier. Un moment, on voit le ballon avec les jeunes ordinaires et soudainement, c’est sur le terrain de la Coup du Monde. J’aime beaucoup la juxtaposition entre les deux partout dans la vidéo. C’est un message fort que le foot est un sport pour tous – on juste devoir deux pieds et un ballon. Même s’on n’est pas un footballeur célèbre, on pouvoir jouer avec le même ballon, le Brazuca. On n’a pas besoin d’un grand stade avec milliers de fans pour jouer un match extraordinaire. Le Brazuca est accessible, comme le sport exactement.

L’annonce commerciale est aussi un acte de publicité intelligente pour Adidas. Tant que Adidas a le contrôle sur la conception de la ballon officiel de la Coupe du Monde, il a pouvoir dans l’industrie du sport. Adidas fabriquait le ballon du Coupe du Monde depuis 1970 et récemment, il a prolonge son contrat de parrainage avec FIFA jusqu’en 2030. . Je crois que Nike a un monopole sur la publicité de sport maintenant, comme les vêtements de sport. Mais, sans la pouvoir sur le Coupe du Monde, Nike n’aura jamais le plein contrôle sur l’industrie du sport.

 

Le Brazuca sera un icône mondiale pour la compétition. Avec 32 équipes et centaines de footballeurs, il est le seul ballon utilise sur le terrain. Il a été crée par des footballeurs célèbres comme Lionel Messi et Iker Casillas. Les créateurs a dit que le Brazuca est le ballon le plus testé de Adidas.

J’espère que le Brazuca sera une grande amélioration esthétiquement et aussi en jeu que les autres ballons de Adidas. Qu’est que vous pensez ?

 

Bibliographie:

http://www.nytimes.com/2013/12/05/sports/soccer/brazuca-the-world-cup-ball.html?hpw&rref=sports

 

 

No responses yet

Dec 03 2013

Brazuca: Adidas 2014 World Cup Ball Promotional

Filed under Uncategorized

brazuca-1

 

Want the “Brazuca” 2014 World Cup ball for free? Well just give birth to a baby tomorrow in Brazil and have a birth certificate handy. Adidas is doing a promotional where they will be giving away free 2014 match balls to all babies born in Brazil on Tuesday, December 3rd. The Brazuca, named after the Brazilian way of life,  is made of six textured panels and has been promised by Adidas to perform more like Adidas’ Finale 13 model. It is supposed to maintain faster flight speed and true roundedness. 

The giveaway is the company’s way of marketing Brazilian soccer culture in a very unique way. Adidas said Friday that parents of every baby born on Tuesday will be entitled to redeem a ball next Friday and Saturday at specific locations in all 12 host cities with proof of a birth certificate. For once and for all, it can now be confirmed that Brazilians really are born with soccer balls at their feet. Pretty cool idea if you ask me.

 

 

 

3 responses so far

Dec 02 2013

L’éternelle question: Est-ce les stades de la Coupe du monde au Brésil seront prêt à temps?

Workers stand near a crane that collapsed on the site of the Arena Sao Paulo stadium, known as "Itaquerao", which will host the opening soccer match of the 2014 World Cup, in Sao Paulo

Une grue s’est effondrée le mercredi 27 Novembre quand il hissait un morceau de toiture de 500 tonnes. L’accident a tué deux travailleurs et a renouvelé questions sur l’état de préparation du Brésil de tenir le tournoi de football. La cause de l’accident n’est pas encore connue, mais les enquêteurs ont déclaré qu’ils considéraient une erreur humaine, un problème avec la grue, et la possibilité que terrain détrempé de pluie avait changé sous le poids. Entreprise de construction Odebrecht a suspendu les travaux sur le site jusqu’à aujourd’hui. Travailleurs de la construction retournés aujourd’hui, cinq jours après l’accident, au stade qui aura le match d’ouverture de la Coupe du Monde. Les travailleurs sont entrés lentement dans le stade de Itaquerao à Sao Paulo avec détermination pour terminer le travail avant la première du Coupe du monde le 12 Juin. « Nous sommes tous Brésiliens et les Brésiliens n’abandonnons jamais. Nous allons faire notre travail et le premier match de la Coupe du Monde aura lieu ici. » 1,350 travailleurs du site ont été autorisés à reprendre le travail sur la plupart du stade à l’exclusion de la zone où l’accident est arrivé. Toutefois, le ministère du Travail a gelé l’utilisation des neuf autres grues du site jusqu’à le moment où les mesures de sécurité adéquates sont en place par Odebrecht.

Brazil WCup 2014 Stadium Problems

La préparation du Brésil pour la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques de 2016 ont été troublés par des retards, des dépassements de coûts et une pression constante pour aller plus vite. Les fonctionnaires de FIFA ont publiquement réprimandé fonctionnaires brésiliens sur les problèmes, et une série d’arguments ont parfois éclaté entre les deux parties. Six des douze stades de la Coupe du Monde ont été rendus pour la Coupe des Confédérations plus tôt cette année, et FIFA insiste pour que les six autres à être rendus avant la fin de Décembre. Bien que l’accident de mercredi a fait un minimum de dommages à la Itaquerao, que les fonctionnaires avaient dit était 94% terminé avant l’accident, il est généralement admis que le stade ne sera pas prêt à temps.

Royt Hodgson

Avec le tirage au sort de la Coupe du Monde 2014 approchant et la récente catastrophe dans le stade à Sao Paolo, l’Angleterre est plus concernés par les lieux que l’opposition. Le gestionnaire de l’Angleterre Roy Hodgson insiste que l’endroit plutôt que l’opposition est la plus grande préoccupation pour lui comme il attend le tirage de 2014 Coupe du monde de vendredi à Salvador, Brésil. Son équipe n’est pas ensemencée, donc qu’ils sont garantis à jouer contre l’une des équipes dans le pot haut, soit le Brésil, l’Espagne, l’Allemagne, l’Argentine, la Colombie, la Belgique, la Suisse ou l’Uruguay. Mais il pense dans un pays aussi grand come le Brésil qu’où les jeux ont lieu sera tout aussi important qu’ils vont jouer contre. Il dit, « C’est un jeu agréable à jouer, mais je dois dire que je n’ai pas participé moi-même trop en ce que – nous obtiendrons ce que nous obtenons vraiment, la chose la plus importante est d’être là. Ensuite, on espère toujours que le tirage au sort va être bon pour nous en termes de où nous allons être invité à jouer. Il y a des lieux au Brésil qui sera plus difficile à jouer dans que d’autres. » Hodgson a dit que l’Angleterre va certainement être préparé et il est utile que la Football Association est incroyablement bien préparé. Il y a beaucoup d’expériences entre les joueurs, il y a des choses qu’ils pensaient bien travailler et les choses qui n’ont pas dans les tournois passés. Hodgson avait déjà connu un tournoi du foot international comme entraîneur-chef de la Suisse, il a pris la nation à la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis. Quand on compare les États-Unis au Brésil, il pense que la participation du Brésil a un rôle supplémentaire parce que le Brésil est le pays que nous associons avec football, aussi bien avec l’Angleterre. « Nous espérons notre mieux, mais c’est comme Forrest Gump et sa boîte de chocolats. Nous allons l’ouvrir et voir ce que nous obtenons. »

Sources:

http://bostonherald.com/news_opinion/international/americas/2013/12/workers_back_at_world_cup_stadium_after_accident

http://www.theguardian.com/football/2013/dec/02/world-cup-2014-draw-england-venues-opposition-hodgson-rio-brazil

One response so far

« Newer Posts - Older Posts »

css.php