browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Le Contexte Médical et l’Importance de l’Empathie d’un Médecin

Plusieurs articles à propos de l’empathie medical reconnaissent que la capacité d’un médecin de s’identifier à son patient se compose d’environ quatre étapes. La première étape de l’empathie d’un médecin, c’est « gaining an insight into the patient’s concerns, feelings and sources of distress. This insight is followed by engagement, i.e., identification with these feelings » (Benbassat et Baumal 833). Pour qu’un médecin soit capable de s’engager, il faut qu’il soit capable de se transposer dans la situation de son patient et qu’il soit capable de s’identifier aux patients divers qui souffrent. La compréhension des sentiments d’un patient, c’est une des grandes différences entre la sympathie et l’empathie, parce que selon Hirsch, « Sympathy is a statement of emotional concern while empathy is a reflection of emotional understanding ». Benbassat et Baumal disent que l’acte de s’engager « produces compassion, i.e., a feeling of discomfort produced by the distress of another person. Compassion leads to a desire to remove the cause of distress or at least to alleviate it » (Benbassat and Baumal 833). Selon Stepien et Baernstein, l’empathie a quatre étendues, qui s’alignent à peu près avec les quatre étapes énumérées au-dessus :

1) emotive, qui est la capacité du médecin d’imaginer les sentiments et la perspective du patient

2) morale, qui est la motivation du médecin de s’identifier à un patient

3) cognitive, qui est la capacité du médecin de s’identifier aux et de comprendre les sentiments et la perspective du patient

4) comportementale, qui est la capacité du médecin de communiquer sa compréhension des sentiments du patient au patient

La dernière étape de l’empathie d’un médecin et l’étendue comportementale de l’empathie sont surtout importantes, parce que si elles ne réussiraient pas, le patient pourrait être inconscient que son médecin s’identifie à lui. Pourtant, tout aussi important est la capacité du médecin de réussir à la première étape de l’empathie, qui est de reconnaître les soucis du patient et de l’encourager à partager en premier lieu ses sentiments et ses soucis avec le médecin. Dans leurs programmes, plusieurs facultés de médecine essaient d’aborder l’échec des médecins de faire le patient assez confortable pour partager avec le médecin e lt’échec de reconnaître les sentiments du patient. Selon Benbassat et Baumal, « We believe that the ability to encourage the patient to convey his distress is a teachable skill . . . Therefore, we suggest that attempts to promote empathy during the clinical clerkships should focus on the student’s ability to gain an insight into the patient’s concerns, feelings and sources of distress » (Benbassat and Baumal 834).

Les Avantages et l’Importance de l’Empathie d’un Médecin

 

Particulièrement, un médecin empathique encourage ses patients de partager leur désarroi avec lui, qui peut être thérapeutique en soi. En général, partager rend un patient plus confortable, le fait participer plus dans sa relation avec son médecin, le rend plus satisfait par ses visites chez le médecin, et le fait avoir une qualité de vie augmentée. La communication efficace et empathique entre un patient et un médecin a aussi a un effet positif sur les résultats psychosociaux du patient, comme son anxiété et sa dépression, et ce type de communication est corrélé avec la réduction de quelques symptômes (Neumann et al.).

D’autres avantages physiologiques pour les patients qui sont corrélées avec l’empathie de leurs médecins incluent les meilleurs défenses immunitaires, les séjours plus courts après la chirurgie, les rhumes plus courtes, et d’autres avantages (Riess). Regardez l’article de Rakel et al. titré « Practitioner Empathy and the Duration of the Common Cold », par exemple, pour en apprendre plus.

——————————————————————————————————————————-

La Bibliographie

1. Benbassat, J. et Baumal, R. “What is Empathy, and How Can It Be Promoted during Clinical Clerkships?” Academic Medicine. 79.9 (2004): 832-839.

2. Hirsch, E.M. “The Role of Empathy in Medicine: A Medical Student’s Perspective.” Virtual Mentor. 9.6 (2007): 423-427.

3. Stepien, K.A., Baernstein, A. “Educating for Empathy.” Journal of General Internal Medicine. 21.5 (2006): 524-530.

4. Neumann, M., Edelhäuser, F., Tauschel, D., Fischer, M.R., Wirtz, M., Woopen, C., Haramati, A., Scheffer, C. “Empathy Decline and Its Reasons:  A Systematic Review of Studies with Medical Students and Residents.” Academic Medicine. 86.8 (2011): 996-1009.

5. Riess, H. “Empathy in Medicine – A Neurobiological Perspective.” The Journal of the American Medical Association. 304.14 (2010): 1604-1605.

6. Rakel, D.P., Hoeft, T.J., Barrett, B.P., Chewning, B.A., Craig, B.M., Niu, M. “Practitioner Empathy and the Duration of the Common Cold.” Family Medicine. 41.7 (2009): 494-501.


One Response to Le Contexte Médical et l’Importance de l’Empathie d’un Médecin

  1. B Soral KelDoc

    Très intéressant ce découpage en 4 étapes. Je ne me doutais pas de l’existence de la dernière : l’étape “comportementale”. Du coup cet article répond bien à la question de l’en-tête “Est-ce que les facultés de médecine peuvent enseigner à leurs étudiants comment s’identifier aux patients?” : oui elles peuvent. J’aurais donc à mon tour une question : Est-ce que les facultés de médecine enseignent à leurs étudiants comment s’identifier aux patients? Si non, pourquoi?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>